Les articles correspondants"En français" (Total 98)

  • Cliquez sur TABLE DES MATIÈRES pour accéder à tous les sujets, y compris le lien vers la Première Guerre mondiale.

  • Shanawdithit et la disparition des Béothuks
  • Les Béothuks ont été les habitants originaux de l'île de Terre-Neuve. Ces chasseurs-cueilleurs de langue algonquine n'atteignaient probablement pas le millier à l'arrivée des Européens. Ils descendaient d'Indiens récents dont la culture a été appelée Little Passage Complex.
  • Autrefois désignés Naskapi-Montagnais, les Innus sont un peuple de langue algonquine dont le territoire (Nitassinan) couvre l'est de la péninsule Québec-Labrador. Dans la langue des Innus, l'Innu-aimun, le mot innu signifie être humain.
  • Les Inuit de la côte nord du Labrador sont les descendants directs d'un peuple de chasseurs préhistoriques qui avait occupé tout le territoire canadien depuis l'Alaska.
  • Historiens et archéologues ne s'entendent pas sur l'époque où les premiers Mi'kmaq (aussi appelés Micmacs) sont arrivés à Terre-Neuve. La tradition orale de ce peuple donne à croire qu'il y avait des Mi'kmaq à Terre-Neuve avant les premiers contacts avec l'Europe.
  • De nos jours, la province de Terre-Neuve et du Labrador compte quatre peuples d'origine indigène : les Inuit, les Innus, les Mi'kmaq et les Métis.
  • Les premiers spectacles dont on ait enregistré la présentation à Terre-Neuve remontent à 1583, soit au voyage durant lequel Sir Humphrey Gilbert a revendiqué l'île au nom de la Couronne britannique
  • On mentionne souvent les Quodlibets (1628), écrits par Robert Hayman alors qu'il était gouverneur de la colonie à Bristol Hope, à Terre-Neuve, en parlant du premier livre de poésie en anglais écrit sur le territoire du Canada actuel. Ceci dit, il faudra attendre jusqu'à assez tard dans le présent siècle pour que des écrivains locaux commencent à écrire une littérature d'imagination originale à Terre-Neuve.
  • Malgré un climat et des sols peu propices, l'agriculture aura été cruciale pour les villages isolés de Terre-Neuve et du Labrador, qui ne tiraient que de faibles revenus de la pêche.
  • Aux 19e et 20e siècles, nombre de jeunes femmes des villages de pêche isolés sont venues à St. John's pour fournir des services d'aide ménagère à la classe supérieure, agissant comme bonnes à tout faire, cuisinières, femmes de chambre ou domestiques, notamment dans les résidences de la rue Rennies Mill.
  • Quand il est devenu plus difficile de récolter des phoques, les armateurs de Terre-Neuve se sont mis à affréter de plus gros voiliers, puis des vapeurs à coque de bois.
  • L'histoire du chemin de fer : période de construction, la famille Reid, le gouvernement de Terre-Neuve, le Canadien National, TerraTransport.
  • Tout au long du XIXe siècle, l'économie de Terre-Neuve et du Labrador a reposé sur leur capacité d'exporter leurs produits à des acheteurs de l'étranger.
  • Après le rejet de l'union avec le Canada en 1869, la construction d'un chemin de fer a été promulguée à Terre-Neuve comme « l'Suvre d'une nation ».
  • La société traditionnelle de Terre-Neuve et du Labrador, telle qu'on la conçoit de nos jours, tire son origine du mode de vie qui s'est développé autour de la pêche à la fin du 19e siècle dans les petits villages côtiers isolés. Si ce mode de vie mettait l'accent sur la famille comme unité fondamentale de reproduction biologique et sociale, il faisait de la maisonnée, qui incluait aussi des personnes étrangères à la famille, l'assise de la production et du bien-être. Chaque membre de la maisonnée était censé contribuer à sa manière à la subsistance des autres en exploitant les ressources marines et terrestres, les tâches étant essentiellement assignées en fonction du sexe et de l'âge.
  • Dans une économie qu'on dit informelle, les gens satisfont à leurs besoins en se livrant à diverses activités non commerciales.
  • Bien qu'elle soit souvent décrite en termes différents, l'expédition qui a mené à la « découverte » de Terre-Neuve était avant tout une entreprise commerciale.
  • Pendant la majeure partie du 19e siècle, l'économie des petits villages isolés de Terre-Neuve et du Labrador ne reposait pas sur l'argent, mais plutôt sur le crédit des commerçants.
  • Dès le départ, il était clair que la situation de la colonie ne permettrait pas la construction d'un chemin de fer de « première classe » selon les normes nord-américaines. En 1880, le comité sur le chemin de fer de l'Assemblée législative a recommandé la construction d'une ligne à voie étroite, ce qui allait faire partie des conditions du contrat de construction accordé.
  • Le 10 décembre 1894, deux des trois banques de Terre-Neuve et du Labrador ont fermé leurs portes pour de bon.

Current Filters

Period

Restrict Results

Filter by Subject

Filter by Period

Filter by Location

Filter by Type